Publié le Laisser un commentaire

Un stage Stéphane Bigo

Annulée à cause du premier confinement, j’ai pu partir du 11 juin au 15 juin 2020 pour réaliser un stage avec le cavalier et éthologue Stéphane Bigo. 

Nous nous sommes rencontrés d’une manière assez étonnante… Stéphane est le grand-père d’un ami à moi qui date du lycée ! Je suis partie en vacances chez lui et sa femme Véronique, j’avais déjà monté à cheval à ce moment. C’est en cherchant un stage autour du dressage et de l’éthologie que je suis retombée sur son nom. Après un coup de fil, je décide de partir pour l’aventure durant l’un de ses stages que je vais vous raconter jour par jour ! 

Le 11 juin : La découverte

Suite à mon arrivée en train, Stéphane vient me chercher et après le repas nous partons pour les écuries dans lesquelles nous allons travailler! Il s’agit d’un lieu spécialisé dans la randonnée tenu par Olivier Fritsch à Éourres. À peine arrivée je pars visiter les environs et observer les chevaux. Dans des immenses prés au milieu de la montagne, les chevaux arabes-barbes sont traités comme des rois!

Le 12 juin : théorie et travail à pieds

Le lendemain matin, le groupe du stage se rencontre : nous sommes 4 ! Deux propriétaires et deux travaillant avec les chevaux sur place. Les demandes de chaque cavalier et ses problématiques sont écoutées par Stéphane. 

Après une matinée de théorie, nous commençons la pratique avec le jeu de 4 barrières, l’apprentissage d’une bonne tenue du stick, du travail longé,…

Le 13 : On s’améliore ! 

À la suite d’une révision de la théorie, nous refaisons du travail à pieds avec un travail précis sur chaque personne, ses difficultés et celle de son cheval pour mieux comprendre les mouvements à réaliser. Déplacement latéraux à pieds, reculé,… Ces mouvements souvent effectués à cheval en club réalisés à pieds nous permettent de mieux les appréhender.   

L’après-midi nous commençons dans le rond de longe avec des jeux relationnels puis nous montons en cru en cordelette pour appliquer ce que nous avons réalisé à pieds (déplacement latéraux, reculé, changement d’allures). 

Le 14 juin : travail à cheval

Dimanche est le dernier jour du stage (je suis la seule à rester le lundi) nous révisons le travail à pied et à cheval. Nous travaillons sur notre légèreté, sur placer son cheval correctement,… Stéphane nous montre avec précision l’action du mors, tous les cavaliers travaillent avec un mors à aiguilles. Beaucoup de révisions des aides d’incurvations, de contrôle des épaules,… 

Ce qui est intéressant est que nous avons abordé le travail en cordelle avant le travail en filet!

Stéphane nous fait nous entraîner à la précision de nos aides par des épaules en dedans. Un exercice particulièrement marquant pour moi fût l’action dissociée des rênes qui a pour but de mieux suivre le mouvement du cheval. La journée fût rude et riche en apprentissage, elle se termine par une balade ! 

Le 15 juin : sensations

Debout 7h pour pouvoir monter Kingtero, le lusitanien d’une personne ayant réalisé le stage avec moi. Kingtero est un magnifique hongre de 12 ans qui a fait du dressage de haut niveau ! La séance fût remplie de belles sensations, une force incroyable pour un cheval parfait et très fin à monter. Je prends tous les conseils de Stéphanie sur la légèreté et cela fait toute la différence!

Travail sur Kingtero photographié à la GoPro

Nous terminons ces 5 jours inoubliables qui ont changé ma manière de comprendre les chevaux et de les monter par une randonnée en montagne de 3 heures avec des galops pleins champs. Que du bonheur! 

Je vous recommande son livre « l’équitation de légèreté par l’éthologie » aux éditions Vigot.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.